LE, Thérapeute – Décembre 2018

Mon premier objectif est d’instaurer une base de sécurité nécessaire pour accueillir la souffrance et aider mes clients à accompagner leurs ressources émergentes.
Et grâce à l’ICV, la mise en place d’une relation thérapeutique empathique et chaleureuse s’est vue grandement facilitée. Exerçant en tant que psychologue-psychothérapeute depuis une dizaine d’années, l’intégration de l‘ICV à ma pratique a profondément modifié ma façon d’exercer la psychothérapie.
En m’offrant tout d’abord une perspective de compréhension des problématiques de mes clients bien plus large qu’auparavant grâce notamment aux notions de mémoire implicite, de dissociation structurelle, d’histoire précoce.
De plus, l’ICV offre un panel de protocoles permettant la résolution de nombreuses problématiques.

Grâce à l’ICV, les ressources des clients émergent leur offrant une vie plus en lien avec le présent. Le client peut ressentir son histoire traumatique comme passée et ainsi éprouver de la sécurité et de l’apaisement dans son vécu quotidien.
Et, en effet, après de nombreux échecs de thérapies dites verbales, les clients avec des histoires particulièrement traumatiques, parviennent à retrouver une estime de soi stable, à pouvoir s’affirmer dans leurs relations et à arrêter le cercle vicieux des répétitions des situations traumatiques.

Une de mes clientes qualifiait l’ICV d’ activateur du “système d’auto réparation automatique intégré”.
Ainsi, les capacités à prendre soin de soi, à exprimer ses besoins et l’autonomie sont renforcées.